Plusieurs personnalités affirment leur soutien à la création de pro enfance.

 

Thierry Apothéloz

Maire, Ville de Vernier

Vice-président de l’association des communes genevoises

Aujourd’hui plus personne n’ose contredire l’utilité de l’accueil dans les structures petites enfances ; le rôle des institutions petite enfance dépasse de loin la mission de garde, les bienfaits de l’accueil préscolaire et de l’investissement préventif ne sont plus à prouver
Et pourtant.
Les finances publiques sont régulièrement remises en question ; peu de cantons ont mis en place une réelle politique de la famille y incluant le secteur de la petite enfance ; la qualification du personnel est mise en doute; l’accueil des enfants à défis n’est pas soutenu malgré son inscription dans la loi. La liste des thématiques à traiter est longue et je ne cite que quelques points des nombreux dossiers qui nécessitent un soutien plus important de la part des politiques.
La petite enfance fait partie des priorités que j’ai mises en place à Vernier. Je ne peux que saluer la création de pro enfance et féliciter tous ces membres de mener des réflexions communes et proposer des actions collectives.
Cette nouvelle plateforme est un magnifique outil de communication et de développement qui doit soutenir et valoriser l’immense travail réalisé par les professionnels des institutions de la petite enfance.

 

© Etat de Fribourg,
   Photo Paul Talman

 

Anne-Claude Demierre

Conseillère d’Etat – Canton de Fribourg

Directrice de la santé et des affaires sociales (DSAS)

L’échange d’expériences et la confrontation de points de vues sont source de créativité. Et il en faut pour que nous puissions trouver des solutions aux problématiques auxquelles sont confrontés les parents et familles d’aujourd’hui. L’union fait la force, raison pour laquelle je soutiens la création d’une plateforme romande pour l’accueil de l’enfance. Car finalement, nous poursuivons tous le même but : donner aux enfants le meilleur cadre possible pour les aider à s’épanouir et à devenir les adultes de demain.

 

 fellrtath christian

Christian Fellrath

Président de la Conférence latine de promotion et de protection de la jeunesse (CLPPJ)

La Conférence latine de promotion et de protection de la jeunesse (CLPPJ) se réjouis de voir apparaître une structure telle que pro enfance en Suisse romande. Cette dernière pourra ainsi contribuer à fédérer une vision romande de l'accueil de jour des enfants aux côtés des services officiels représentés au sein de la CLPPJ et en charge de cette thématique.

La CLPPJ coordonne les efforts de chacun des cantons pour la mise en place de dispositifs d'accueil extrafamilial des enfants de qualité, favorisant leur développement et leur socialisation et permettant aux familles de mieux concilier familles et travail.

La CLPPJ s'inscrit donc pleinement dans cette dynamique raison pour laquelle elle soutient votre projet dans un esprit de partenariat. La politique de l'accueil extrafamilial des enfants occupe de toute évidence une place centrale des nouvelles politiques publiques. La mobilisation de tous les partenaires, publics et privés doit permettre la consolidation de cette politique dans l'intérêt des enfants, des familles et des professionnels concernés.

 

Freymond cantone fabienne

Fabienne Freymond Cantone

Députée, municipale, Présidente du FIR – Forum Interparlementaire Romand, Nyon

Un séminaire du FIR – Forum Interparlementaire Romand a réuni en novembre 2017 des politiques et des praticiens de l’accueil de jour des enfants des 6 cantons romands. Le constat est unanime sur le manque de places de garde. Ceci dit, les enjeux économiques et sociétaux sur le sujet sont perçus variablement : dans plusieurs cantons, c’est la population, par le biais d’initiatives, qui a insufflé volonté et ressources pour lancer une politique publique d’accueil. A ce jour, les avancées sont très variables selon où : les taux de couverture passent de 10% dans un canton à près de 90% dans un autre. Un investissement conséquent attend donc certains. D’autres pistes doivent aussi être réfléchies en parallèle, notamment sur les normes d’accueil de jour des enfants, sur les liens à développer avec l’école, sur les niveaux de salaires des éducateurs et éducatrices. Pour l’heure, aucun modèle appliqué dans notre pays ne répond aux défis de l’intégration dans un accueil extrafamilial de tous les enfants qui en ont besoin, pour un investissement supportable pour ses variés financeurs.   

La nouvelle plateforme pro enfance est une excellente nouvelle pour que les expériences des uns et des autres, leurs réflexions en cours, puissent être partagées. Il va de soi que nous serons tous gagnants de l’amélioration de l’intégration de tous dans notre société, et bien sûr d’une force économique majorée par une meilleure conciliation de la vie familiale et professionnelle.

 

© Photo Jean-Bernard Sieber

 

Nuria Gorrite

Conseillère d’Etat – Canton de Vaud

Cheffe du Département des infrastructures et des ressources humaines (DIRH)

Notre société connaît des nouveaux modes d’organisation sociale et familiale, avec des parents qui travaillent, par choix et par obligation, et nous avons une responsabilité commune à l’égard des plus jeunes d’entre nous, celle de nous assurer qu’ils grandissent dans des milieux qui assurent leur sécurité et leur bon développement. Nous devons leur proposer une offre d’accueil de qualité et mutualiser les ressources et les énergies pour développer cette politique publique essentielle.  La création de la Plateforme romande constitue donc une initiative importante que je soutiens !

 

jaffe philip p

Professeur Philip D. Jaffé

Docteur en psychologie, directeur du Centre Interfacultaire en droits de l’enfant de l’Université de Genève (CIDE)

Qui peut douter que les progrès de l'humanité passent par une meilleure prise en charge des enfants et tout particulièrement des petits ? Nous savons aujourd'hui sur la base d'études scientifiques irréfutables que tout ou presque se joue durant les premiers mois et les premières années de vie. Alors, il faut penser et agir pour que soit mis à disposition, dans un esprit collaboratif d'appui et de complémentarité entre tous les acteurs clés, ce qui est nécessaire pour que le développement des enfants puisse se dérouler de la manière la plus harmonieuse possible. pro enfance est cette plateforme d'idées et ce tremplin d'initiatives qui pourront répondre aux besoins évolutifs des familles dans un esprit de sollicitude sociale. Non seulement nous le devons aux enfants, mais ce sont des ressources et des compétences professionnelles auxquelles ils ont droit.

 

pierrehumbert blaise

Docteur Blaise Pierrehumbert

Ancien directeur de l'unité de recherche de la pédopsychiatrie du CHUV - Centre hospitalier universitaire vaudois.

La vie moderne entraîne une préoccupation grandissante quant à l'adaptation de l'enfant à un monde exigeant et souvent difficile à prévoir. Si, à un niveau idéologique, nous assistons à l'acceptation progressive de valeurs égalitaires entre hommes et femmes, les principaux déterminants de l'évolution du style de vie familial restent certainement de nature économique: nécessités de l'économie domestique imposant le travail à l'extérieur des deux parents, paupérisation associée aux séparations, etc. Ainsi, les besoins accrus de places d'accueil hors de la famille pour les enfants en âge pré-scolaire sont devenus un enjeu non seulement de politique sociale mais également de recherches dans le domaine médical, social, psychologique, pédagogique. Sur le plan psychologique, on ne peut plus désormais considérer le milieu familial comme l'unique et irremplaçable creuset du développement de l'enfant. Les implications de l'accueil hors de la famille sur le développement du jeune enfant ont fait l'objet de très nombreuses études; celles-ci convergent pour mettre en évidence le fait que la garde non parentale en tant que telle n'a pas d'effet nocif sur le développement, pour autant qu'elle soit de qualité satisfaisante. Les questions de l'emploi maternel, de l'accueil hors de la famille, du type de garde ou encore de la séparation dans la petite enfance seraient de fait subordonnées à la question de la qualité des lieux de vie. Ce constat, peut-être trivial, a le mérite d'opposer des arguments de nature scientifique à des croyances persistantes quant à la nocivité de la garde du jeune enfant hors de la famille. En même temps ce constat souligne l'importance des moyens et de l'attention accordés à la politique sociale de la petite enfance d'où la pertinence d'une plateforme comme pro enfance.

 

Monika Maire-Hefti

Conseillère d'Etat – Canton de Neuchâtel

Cheffe du Département de l'éducation et de la famille

Il est établi qu'une politique familiale efficiente, en particulier une offre adaptée en structures d'accueil extrafamilial influent sur des paramètres aussi divers que variés tels que l'économie, les finances publiques, la situation économique des familles, la fertilité, la santé mentale, l'égalité des chances, l'intégration, la formation professionnelle et le marché de travail.

Elles permettent aussi et surtout aux enfants de bénéficier d’une meilleure socialisation et d’une plus grande sécurité. Pour y parvenir tous les partenaires concernés, publics et privés, doivent s'engager ensemble à la construction et au maintien de cet édifice central des nouvelles politiques publiques. Dans la mesure où la création de la Plateforme pro enfance s'inscrit dans cet état d'esprit, je souhaite la soutenir sans réserve.

 

 Charlotte Nilsson

 

Charlotte Nilsson

Cheffe du Service de l'accueil de l'enfance de la Ville de Neuchâtel

Soutenir les familles dans leur mission d'éducation des enfants est une tâche essentielle qui doit être au centre d'une politique publique active et moderne.

Les acteurs privés et publics qui organisent les prestations d'accueil extrafamilial sont aujourd'hui des professionnels qui ont en commun de rechercher la meilleure qualité possible pour leur offre éducative.

Le sentiment de sécurité pour les enfants et leurs parents que procure le bénéfice d'un accueil continu et de bonne qualité profite à la société dans son ensemble.

C'est pourquoi je me réjouis de la création d'une plateforme telle que pro enfance, capable d'organiser la mise en lien des pratiques et des expériences, pour finalement représenter les acteurs romands dans ce domaine au plan national.

 

Sylvie Rayna

Sylvie Rayna

Chercheure associée au laboratoire EXPERICE-Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité

Je ne peux que saluer l’excellente initiative de la création de l’association PROENFANCE, de sa plateforme et la dynamique de développement de ses actions en direction de davantage d’accès, de qualité et d’équité dans l’accueil et l’éducation des jeunes enfants. C’est en affichant de tels objectifs et valeurs, avec une volonté de mutualisation et discussion de l’existant et de ce qui convient d’advenir dans une société riche de sa diversité mais encore si inégalitaire, que nous pouvons attendre des avancées certaines. Je soutiens donc avec force cette entreprise participative exemplaire de mise en dialogue prometteuse entre les différentes parties prenantes pour le meilleur de la petite enfance, le bien-être des familles, la reconnaissance du travail des professionnel·le·s et de l’importance de l’implication publique.

 


 

 

Jean-François Steiert

Conseiller national - Canton de Fribourg

La société suisse du XXIe siècle a besoin d'une offre d'accueil extrafamilial abordable, de qualité et à même de répondre à une demande croissante. Il en va du bien des parents comme de celui des enfants, mais aussi de l'intérêt économique de la Suisse. Ce sont les raisons pour lesquelles la majorité du Parlement fédéral vient de décider de prolonger de quatre ans le soutien financier fédéral à la création de structures d'accueil, avec des perspectives de pérennisation dès l'an 2019 selon des modalités qui devront faire l'objet de larges discussions. Dans cette perspective de développement du nombre de places mais aussi, et surtout, des formes variées que peuvent et doivent prendre les structures d'accueil, je salue la création de la Plateforme pro enfance qui permet de renforcer l'échange d'expériences en Suisse romande et de mieux faire valoir ainsi nos intérêts sur le plan national.