L’Office fédéral des assurances sociales a publié deux rapports relatifs au programme d’impulsion de la Confédération visant à favoriser le développement de l’accueil de l’enfance. Le premier évalue ses effets à long terme. Depuis sa mise en œuvre en 2003, il a permis une amélioration significative de l’offre, qui a plus que doublé avec la création de 56'400 places d’accueil. De plus, les aides financières produisent un effet à long terme : 96 % des structures d’accueil collectif de jour et 94 % des structures d’accueil parascolaire existent toujours après la fin du subventionnement. Une seconde étude cherche à déterminer l’adéquation de l’offre aux besoins des parents. Elle montre que le taux de couverture est encore insuffisant et que les coûts de l’accueil restent trop élevés pour près de 20 % des parents.  

Le Forum Interparlementaire romand (FIR) a organisé récemment un séminaire qui avait pour thème « accueils préscolaire et parascolaire : quels engagements et responsabilités pour les divers partenaires ? ». Force est de constater que le nombre de places d'accueil est insuffisant et que des pistes doivent encore être analysées et développées. Ainsi, le domaine est perçu comme un important enjeux sociétal et économiques, au coeur des débats politiques.

Lire le communiqué de presse du FIR - 3 décembre 2017

De nombreuses études et enquêtes effectuées au niveau suisse et international mettent en évidence les bienfaits des services d'éducation et d'accueil de l'enfance, pour autant que l’offre soit de qualité (voir notamment le récent rapport de l'OCDE). Les effet positifs sont sensibles tant du point de vue des performances scolaires, de la santé et de l’intégration sociale, que de l’égalité femmes-hommes et du dynamisme économique. Ces constats sont résumés dans un document réalisé par pro enfance, à consulter ici.

Nonante-six expert·e·s du champ ont participé à la journée d’étude organisée par pro enfance, le 3 novembre 2017 à Yverdon-les-Bains. Cette rencontre s’inscrivait dans la continuité de l'état des lieux de l'accueil de l'enfance, mené par l'Association en Suisse romande depuis 2016. Elle avait aussi pour but de mettre en perspective les conclusions actuelles avec le contexte national.

 

Table ronde du 3 novembre 2017

Bien que le canton de Vaud connaisse une croissance économique supérieure à la moyenne suisse, ses habitants sont toujours plus nombreux à glisser sous le seuil de pauvreté. Le chômage constitue un important facteur de risque. Pour soutenir les familles, une structure lausannoise réserve la moitié de ses places d’accueil à des enfants dont les parents sont au bénéfice de l’aide sociale et participent à des mesures d’intégration au marché du travail.