La Commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national (13 voix/10 voix) propose d'engager jusqu'en 2023 un crédit de 130 millions de francs afin d'ouvrir de nouvelles places d'accueil pour les enfants.

Ces 130 millions correspondent, selon la présidente de la CSEC-N Christine Bulliard-Marbach, au montant qui n'a pas été utilisé dans la phase de lancement du programme d'impulsion en faveur de l'accueil de l'enfance - lequel existe depuis 14 ans.
 
Au vu du manque de places actuelles et de l'absence d'une politique de l'accueil de l'enfance cohérente, pro enfance soutient la proposition symbolique de la CSEC-N, contrairement à l'avis du Conseil fédéral. Les 100 millions pour soulager les familles, votés en 2017 par le Parlement pour augmenter les subventions cantonales et communales et soutenir des projets innovants, ne sauraient suffire pour répondre à l'évolution de notre société.
 
Comme le mentionne l'OFAS dans son rapport du 30.08.2017, le programme d'impulsion a permis depuis sa mise en oeuvre en 2003 une amélioration significative de l’offre, qui a plus que doublé avec la création de 56'400 places d’accueil. De plus, les aides financières produisent un effet à long terme : 96 % des structures d’accueil collectif de jour et 94 % des structures d’accueil parascolaire existent toujours après la fin du subventionnement.
 
A relever que pour l'Union syndicale suisse et l'Union patronale suisse, il serait également erroné de supprimer à ce stade ce programme d'impulsion en faveur du développement de l'offre d'accueil des enfants. L'initiative de la CSEC-N a par ailleurs été soutenue par sa commission homologue du Conseil aux Etats en janvier 2018.
 
Plus d'infos sur l'initiative parlementaire de la CSEC-N déposée le 09.11.2017 et devant être traitée durant la session de juin 2018.