Au travers de sa dernière prise de position, Caritas Suisse annonce la couleur : En Suisse, 76'000 enfants vivent dans la pauvreté et 188'000 enfants sont confinés à une situation précaire. Pour Caritas, la réduction de la pauvreté des plus jeunes doit passer par l’introduction de prestations complémentaires pour les familles et par un accès à l'accueil et à l'éducation de la petite enfance.

Comme le souligne la prise de position de Caritas, "L’utilité d’un encouragement précoce de bonne qualité n’est plus contestée aujourd’hui. Mais l’accès en reste fermé à certains enfants et beaucoup de lieux n’ont tout simplement pas d’offre de ce genre. Les recherches faites ces dernières années montrent pourtant clairement à quel point il est stupide de ne pas se préoccuper de l’éducation dans la petite enfance. Une politique sociale qui veut investir dans la prévention de la pauvreté doit intervenir exactement là, même les analyses économiques le disent.".

Pour pro enfance et en complément à la vision de Caritas dont la pertinence n'est plus à démontrer, il convient également de faciliter l'accès à l'accueil et l'éducation des enfants jusqu'à 12 ans. En effet et à titre d'exemples, le processus d'éveil ou de socialisation des plus jeunes ne s'arrête pas à 5 ans. Il s'agit donc d'assurer une cohérence et une continuité aux enfants ainsi qu'à leurs familles.

Lire la prise de position de Caritas - nov. 2017